Logo AnimationBiblique

Animationbiblique.org
Lire, écouter, découvrir ensemble...

Qu'est-ce que lire un texte biblique en groupe ?

C’est d’abord lire ce texte comme un texte, précisément. C’est l’observer attentivement, se mettre à son écoute, dans le respect de ce qu’il est. C’est aussi reconnaître sa particularité d’être né dans le creuset des relations entre des personnes ou un peuple et leur Dieu. Se laisser éclairer, interpeller par le texte est l’une des promesses de la lecture.


Il s’agit d’abord de lire un texte

  • Le mot texte vient du latin texere, tisser, étymologie que l’on trouve dans les mots « textiles », « tissu ». Un texte est donc constitué comme un « tissu » avec des « fils » ou des « voix » différentes qui se croisent.
  • Tout texte comporte un auteur, avec ses intentions propres. Il essaie de faire réagir ses lecteurs. Mais tout texte parle au-delà des intentions de son auteur : une fois écrit, il lui échappe en partie.
  • Tout texte est destiné à un lecteur. Celui-ci, en fonction de ce qu’il est, du lieu et du moment où il lit, reçoit, comprend, « entend » le texte d’une manière particulière. Par exemple, on ne lit pas de la même manière un même texte lorsque l’on a 10, 17, 50 ou 80 ans.

Respect et écoute

Il y a différentes étapes dans la lecture :

  • 1er temps :
    Des points vont très vite attirer, ou questionner, en fonction, essentiellement de ce que les uns et les autres connaissent déjà et de ce qu’ils sont.
    Cette première lecture mène à un renforcement des convictions ou des doutes préexistants à la lecture du texte.
  • 2è temps :
    Les uns et les autres « perdent pied ». Le groupe prend conscience que le texte dit bien plus de choses que ce qu’il a entendu au premier abord, qu’il y a bien plus de nuances ou encore que le texte dit tout autre chose que ce qui a été perçu à la première approche.
  • 3è temps :
    Le texte « prend ses lecteurs par la main » et fait découvrir son monde à lui, entendre son propre point de vue, sa propre définitions des mots. Il y a un vrai échange entre lui et chacun, entre lui et le groupe dans son ensemble.

Se mettre à l’écoute d’un texte signifie être attentif à la façon dont celui-ci présente les personnages, leur évolution au fil de la lecture, la façon dont il plante le décor.

Cela veut dire aussi laisser la place à la distance qui existe entre son contexte et le nôtre, entre ses questions et les nôtres, ses valeurs et les nôtres.

Ce respect ne présuppose pas d’être savant en matière biblique. Il s’agit avant tout d’une attitude : être attentif à ce qui nous échappe à la première lecture. Pour cela, il faut prendre du temps. Souvent, notre manque d’écoute du texte vient de la rapidité avec laquelle nous voulons comprendre. Des outils sont là pour nous aider.

Particularité du texte biblique

  • Le texte biblique a la particularité d’être né de relectures des relations entre des personnes ou un peuple et leur Dieu. Ces relectures, menées par des hommes et des femmes, ne sont ni univoques ni uniformes. Elles sont l’expression de points de vue théologiques divers (selon les écrits, les périodes, les lieux). Lire le texte biblique met face à des échos indirects, complexes, à la fois des « voix » de ces hommes et de ces femmes, et de celle de Dieu, telle qu’ils l’ont perçue. Ces divers échos restent indissociablement tissés ensemble.
  • Ces relectures, souvent retravaillées sur plusieurs générations, se font à travers des récits, des poèmes, des prières, des lettres, des visions de genre apocalyptique, etc. Le lecteur est devant une grande variété de genres littéraires. Pour chaque genre littéraire, l’approche sera sensiblement différente.
  • Chaque texte appartient à ce tout qu’est la Bible. Il est important de lire chaque texte dans sa particularité. Mais on ne saurait en absolutiser le sens : aucun texte ne dit le tout de Dieu ou le tout de l’homme. Chaque texte doit être articulé, mis en résonance avec les autres textes de la Bible. Voir le Découpage d'un texte biblique.

Une lecture qui interpelle

Comme pour tout texte, au fil de la lecture, le lecteur découvre qu’un autre mouvement s’opère : pendant qu’il lit, le texte vient questionner ou assurer, déplacer peut-être, ses propres questions de lecteur, ses propres manières de voir, de comprendre. Lire éclaire d’une manière nouvelle les réalités qu’il vit, qu’elles soient personnelles, communautaires, sociales.